Maraîchage biologique

Différence entre culture biologique et durable

En plus de suivre le cahier des charges qu’impose la certification Bio, La Bourrache essaye de favoriser un type d’agriculture durable. Cette différenciation étant peu courante, nous vous proposons une explication sur ces deux termes.

 

L’agriculture biologique.

Elle se caractérise principalement par son refus d’utiliser des produits issus de l’industrie chimique.

Pour se dire biologiques, les agriculteurs biologiques doivent respecter un cahier des charges dressé par un label. Celui-ci exclut notamment l’utilisation de pesticides de synthèse, d’engrais chimiques ainsi que d’OGM. Différentes techniques existent afin de satisfaire aux critères « bio ». Elles mettent généralement en œuvre des produits tels que les purins (ortie, consoude, prêle …), des engrais verts… Néanmoins, certains des produits acceptés en agriculture biologique, comme le pyrèthre, peuvent s’avérer néfastes pour la faune, le sol, voire pour l’humain.

Dans le cas de la Bourrache, c’est Quality Partner qui contrôle chaque année les systèmes de production mis en place.

 

L’agriculture durable

Elle vise à garantir la persistance de l’environnement dans lequel s’inscrit l’agriculture. Ce type d’agriculture vise donc à garantir une soutenabilité du système.

Un des premiers objectifs de ce type d’agriculture sera de minimiser l’empreinte écologique qui résulte de la production et la distribution maraîchère en limitant l’utilisation de ressources non renouvelables. Dans ce cadre, les agriculteurs peuvent utiliser la traction animale, privilégier des sources d’approvisionnement locales …

Une seconde différenciation importante entre cultures biologiques et cultures durables se situe dans la manière d’aborder les sols. Alors que l’agriculture conventionnelle (bio ou non) considère généralement le sol comme un « support » pour les minéraux et les plantes, l’agriculture durable envisage le sol comme un élément vivant dont l’activité doit être favorisée. Ainsi, ce type d’agriculteur visera à respecter cette vie en minimisant le labour et en nourrissant le sol par l’utilisation de matières organiques.

À La Bourrache

Jusque 2012, les terrains que nous cultivions étaient labellisés bio. Ils l’étaient déjà avant que nous les exploitions. En termes de clarté et de communication, cela nous paraissait pertinent de garder cette labellisation. Depuis 2013, année de notre emménagement sur le terrain de Xhendremael, nous avons entamé la phase de conversion afin de pouvoir récupérer le label pour notre production. La phase de conversion a duré 2 ans, la production peut être dite « biologique » au terme de cette période. Dès le début et durant toute cette phase, tout producteur doit se conformer aux exigences du cahier des charges de la culture biologique. Concrètement, cela signifie que La Bourrache a continué de produire ses légumes comme elle l’a toujours fait depuis 10 ans, dans le plus grand respect de la réglementation Bio et même au-delà, dans une perspective écologique et durable.

Depuis le mois de mars 2015, après cette phase de conversion, nous pouvons apposer l'appellation BIO sur nos produits.

 

Bien qu’adhérant à l’agriculture biologique, nous reconnaissons les limites de son cahier des charges et avons l’envie d’aller plus loin.

Cela se traduit par un aménagement de notre terrain visant une augmentation de sa biodiversité en diversifiant les biotopes par la plantation de haies, de bandes fleuries, l’implantation de nichoirs et de perchoirs, la mise en place de plans d’eau et de zones refuges.

Afin de ne pas tasser le sol et de respecter sa structure, nous utilisons un microtracteur, nous ne pratiquons pas de labour et privilégions la traction animale lorsque cela est possible.

Pour maintenir la vie du sol et ne pas briser les cycles naturels, nous utilisons notre compost, amenons des engrais organiques et semons des engrais verts. Nous nourrissons le sol afin qu’il puisse nourrir nos légumes.